Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 10/15

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
BDSM : la nouvelle religion ?
 

The Amazing Cabaret Rouge

Nancy, Septembre 2015

photographies Vincent Zobler, Deadly Sexy Carl, Chloé

 

La semaine dernière, TF1 demandait si je pouvais organiser une séance sur un plateau TV à une nouvelle émission sur le sexe. La même semaine, le commissaire des Rencontres Photographiques 2015 qui se tenaient aux Invalides me proposait de passer mes films plutôt salés L’Ecrivain et son chien et Baudl’aire promène Médor en boucle sur un écran. J’imagine la stupeur des invités au vernissage dont Rachida Dati, maire de l’arrondissement, devant l’image d’une fille nue à quatre pattes gonflée par une pompe à vélo que son maître lui enfile dans l’anus ! Tandis que les demandes saugrenues se multiplient, le BDSM fait fureur dans la pornographie et la sociologue chinoise Li Inhe, spécialiste des questions LGBT, avoue son goût pour le BDSM qui fait grimper l’audimat et les hormones.
Piercing, tatouage, il faut souffrir pour se plaire à soi-même, manier les cordes pour trouver, redécouvrir la pureté d’un échange authentique. Le BDSM, continent obscur, est en passe de devenir la nouvelle religion. De jeunes tunisiens, indiens et turcs espèrent en vain se rincer l’œil sur ma page Facebook. L’extension du domaine de l’amour vache a contaminé les faubourgs et gagne même « le bourg » : Dans la chanson Selfie, Vald chante : « c’est pas moi c’est elle qui...
veut que je lui fasse mal/ Que je lui écrase la tête
Mon pied sur sa main/Qu’elle m’insulte de « Fagget »
Elle veut que j’lui tire les veuch/Que je l’étrangle un peu…
Une escalade par rapport à 50 Nuances, moi qui aime pratiquer mes petites perversions en secret -comme les gay rebelles qui rêvaient autrefois d’enculades à vif plutôt que se marier et pouponner. « Les transpédégouines sont de plus en plus hygiénistes et aseptisés » écrit le journaliste Erik Remès. Règles, mots d’arrêt, protocoles évoquent déjà l’intégrationnisme des gay.

Faire face à cette démocratisation n’est pas chose facile : vie privée = clandestine.

.

p