Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 09/09

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 
Orgasmes électriques
 

 

À Madrid où je n'avais pas mis les pieds depuis un an, mon ami Hugo s'est lancé dans l'électricité.En vente sur Internet, son kit est présenté dans une magnifique valise qui pourrait contenir du matériel de vidéo. Le tout est signé PES. Lorsqu'on lit le mode d'emploi, on est surpris par la mention "ne pas utiliser au-dessus de la ceinture." À l'intérieur, un collier de chien, des godes et un paquet d'électrodes. Quand Hugo cherche du plaisir, il se pose aussi des électrodes sur les seins. Pour se sentir prisonnier, ilse met tout seul un collier métallique électrisé, large, massif et lourd, dans le style prisonnier chinois, qui est normalement conçu pour jouer à deux grâce à un contrôle à distance comme pour les chiens.

À trois pas de la Plaza Grande de Madrid, dans le petit club secret BDSM Fetterati, Hugo ouvre la valise sous les yeux des invités. Les femmes reculent devant les électrodes. L'électricité fait peur. Alicia, la maîtresse de séant, leur vante les effets du grand gode noir, le clou du kit. Elle l'a essayé elle-même dans leur donjon personnel. Méfiante de l'enthousiasme de Hugo quand il étrenne un nouveau jouet, Alicia a préféré tourner les boutons elle-même.
Une dominante se laisse tenter. Quelques minutes, et déjà un premier orgasme. Elle en veut encore. Deux fois. Elle nous dit qu'elle n'a pas ressenti de secousses électriques à proprement dit. Ni décharges ou électrochocs. Juste une sensation vibrante, à un rythme si intense qu'il est impossible de résister à la montée de la jouissance. Soumises et dominantes, toutes les femmes finissent par essayer. Elles ont plusieurs orgasmes successifs, trois pour la plupart. Quatre pour la plus gourmande.
Peut-on vraiment parler de "jouissance" ? Je ne suis pas réfractaire aux godes. Mais d'après mes propres expériences, la mécanique du gode et du vibro n'a jamais valu à mes yeux le contact charnel. Il me semble que les préliminaires tactiles vont plus loin sur le chemin de l'extase. Que peut-on déduire de cette fringales d'orgasmes mécaniques et électriques ? La maladresse des partenaires de ces femmes ? Leur addiction au plaisir solitaire, assisté ou non ? Où sommes-nous simplement tous sur la voie de la robotisation ? Un mélange des trois sans doute.

 

Helmut Newton : Taschen a remis en vente le SUMO. Nombre limité. Traders, si vous avez un bonus de fin d'année, profitez-en.