Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 10/08

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 
Arrête ton char, Almodovar !
 

 

 

 

Un escalier étroit en fond de cour descend vers un lieu mystérieux : au-dessus d’un puit mauresque à deux pas de la plaza Mayor, le club Fetterati compte une étroite salle voûtée, des niches équipées de suspensions, des armoires vitrées remplies de collections. Vingt personnes au maximum… sur rendez-vous, quelques couples jouent ensemble, comme de grands enfants à la récréation.
Troisième ville d’Europe par sa taille derrière Londres et Paris, Madrid compte 5 millions d’habitants, trois donjons professionnels et le Fetterati, c’est peu. En matière de SM comme aux arènes, la ville est conservatrice. On ne rigole pas avec la tradition ! Le politicien de droite Gallardon a été réélu à l’Alcalde (la mairie) qui s’évertue depuis 2 ans à fermer tous les clubs échangistes, alors un club SM, imaginez-vous ! La movida, le mariage gay et l’IVG de Zapatero, c’est à Valencia, Malaga et Barcelone que ça se passe, dans les villes où ça swingue ! Almodovar le madrilène, voudrais-tu faire croire qu’on est aussi libéré à Madrid où tu as tourné des films ?

Dans l’unique club SM de Madrid, j’ai l’impression de me retrouver vingt ans en arrière, à l’époque où le SM sortait de la chambre coucher et osait « s’exposer » en public. Les pratiques avaient un parfum d’underground, d’interdit et de rébellion.
C’était avant la soirée mensuelle que lui consacrent quelques-uns des 60 clubs échangistes de Paris, avant les chats, les séances de domination à distance et la visite du château du Marquis de Sade dans Second Life où les sévices sont virtuels.
Les membres du Fetterati n’étaient pas nés à la mort du Caudillo.  N’empêche que la mémoire de Franco est omniprésente dans les conversations, quand on parle de Franco, le ton monte. Vous l’avez compris, les membres du Fetterati sont tous des rebelles ! Un vent de liberté souffle sous les voûtes du club. Madrid, les Parisiens vous soutiennent, 4 ans de Gallardon, ce n’est pas si long. Et si vous passez par Bilbao, c'est dans le studio de Maîtresse Natalie que s'emballe "la movida".

La galerie : Dessins à la plume de Florence Lucas.

"I'm an animal,
I'm though,
And if I have to, I will eat you!"