Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur du 10/07

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 
Fantasme de psy
 

 

Voici une lettre non signée, arrivée la semaine dernière. Il est rarissime qu'un psychanalyste passe à l'acte, comme vous pouvez l'imaginer. Dans un roman écrit par une femme, Madeleine Chaptal, un psy se promenait dans les cocktails mondains une cravache enfoncée dans l'anus. De quoi les faire fantasmer bien plus encore...

« Chère Gala, je suis psychanalyste et écrivain. Le 14 octobre, une belle jeune femme a fait une conférence à… ait une conférence à… sur l’objet pornographique. J’étais dans l’assistance. Ce que vous avez dit ce jour-là me fait comprendre que vous avez beaucoup d’hommes soumis à votre botte. Si je m’adresse à vous néanmoins, c’est parce que j’ai la faiblesse de croire ma proposition originale, et que je pourrais vous être utile d’une autre manière que le sont vos hommes de ménage.

Je m’engage par contrat à écrire, dans les cinq ans, un livre traitant de la domination (sous forme de roman ou d’essai) vous vous chargez de le faire publier sans que mon nom apparaisse, et vous êtes propriétaire des droits. S’il se vend, ce sera pour vous une source de revenus.

Nous nous rencontrerons une fois par an pour faire le point sur l’avancée des travaux. Ces rencontres vous permettront de diriger le texte en cours d’élaboration, leur caractère humiliant stimule ma créativité. Elles ne vous demandent qu’un minimum d’investissement : je suis attaché, nu et à quatre pattes, pendant une demi-journée au moins, une journée au plus. J’attends anxieusement, le plus souvent seul, les fessées longues, intenses et douloureuses que vous venez de temps en temps m’administrer. C’est pendant ou entre les fessées que vous me faites part de vos critiques et directives à propos du livre en cours.

Pardonnez-moi, Madame, la longueur de cette lettre : vous avez tout loisir de me punir si vous le souhaitez. 

Respectueusement,

Un esclave qui n’ose encore se dire vôtre. »

 

Galerie du mois : La photographe américaine Doris Kloster vit à Paris, enseigne la photo à New York, et prépare une nouvelle exposition à Pékin.

retour à l'accueil