Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 3/17

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 

A n os donjons disparus...

 

Piotr Pavlenski

 

...s’égaie dans la nature. Fini le magnifique sous-sol de Martha dans le Marais, dont j'avais fait quelques fois pour le plaisir des yeux la visite virtuelle en 2010, celui de Betony Vernon, créatrice de bijoux intimes, puisque ses voisins veillent à ce qu’il n’y ait pas d’allers-venues dans leur cour classée. Maîtresse Cindy vend l’équipement de son immense espace près du cimetière de Montmartre, machine à goder, caisson d’isolation futuriste, etc. et Maîtresse Cathy celui de son donjon aménagé, avec prison à l’étage.

Les jeux en société DS et SM ou shibaristes ont remplacé l’échangisme qui bat de l’aile. La place des cordes est un dojo équipé de cordes, Cris et chuchotements loue son équipement au prix d’une entrée et d’un verre. L’exhibitionnisme est à l’honneur. En soirée, on peut montrer ses fesses, prohibées sur FB. Certains masos démunis se rabattent sur du porno SM ou des séances à prix cassés.
Les vrais amateurs de donjons se consoleront à Londres chez Submissives ou dans un donjon privé, mais les plus raffinés iront chez SMart à Cologne, à l’Hotel Biz’art et Der Keller à Zurich, chez Black Fun à Leipzig ou encore Bizarradies à Munich.
Post scriptum
Maria Beatty a appris la domination dans un donjon newyorkais où une vingtaine de soumises et de dominatrices travaillent en alternance. J’ai fait mes armes à Londres, dans le donjon privé d’une domina transsexuelle. Les stages forment la jeunesse et permettent de se créer un réseau, au même titre que les grandes écoles.

Petite galerie du mois : Piotr Pavlenski, né en 1984, est un activiste russe. Il utilise l’automutilation dans ses performances publiques. Il s’est cousu les lèvres à la suite de l’arrestation du collectif Pussy Riot en 2012, s’est fait déposé devant le Parlement enroulé dans du barbelé en 2013 pour protester contre les lois répressives de Poutine, s’est coupé un bout d’oreille en 2014, assis sur le mur d’un des l’hôpitaux psychiatriques où il aurait bien pu être interné, s’est cloué le scrotum sur la place Rouge le « Jour de la Police" pour dénoncer l’indifférence politique de la société russe. A chaque fois, la police l’a interpelé pour l’interroger.
A travers l’art politique, Pavlenski, qui a vécu sagement chez ses parents jusqu'à 25 ans, s'est tardivement rebellé et a joué avec le pouvoir. Il a abdiqué récemment en se réfugiant en France avec sa compagne et ses enfants suite à une enquête pour « actes agressifs à caractère sexuel » indépendante de l'activisme politique : il semblerait que leur libertinage respectif et leurs débordements sexuels ait dépassé les bornes.