Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur05/12

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 
SM sous surveillance
 

Le bondage de Dolly
 

Les pratiques sont taboues depuis l’aube de la littérature. Non pas le fouetti-fouetta dont on use encore dans les public schools mais les pratiques excitantes telles que le bondage, la pléthore de mises en scène du pouvoir qui nargue la hiérarchie sociale, les scénarios qui se mitonnent hors du sexe vanille, expression traduite de l'anglais en2005 pour opposer les pratiques classiques aux perversions de toutes sortes, y compris la sodomie entre hétéros.
Résultat : menace de surveillance et d’encadrement comme si les dérapages étaient fréquents. Combien de personnes asphyxiées suite à un jeu, un sac de plastique sur la tête ? De blessés graves à coups de nerf de bœuf ? De morts par abandon ou non-assistance à personne en danger, abandonnées dans des caves malsaines à la suite de certains jeux jusqu’auboutistes qui auraient dégénéré ? Combien d’hommes de ménage défenestrés en astiquant les carreaux d’une maîtresse qui, hors d’elle, dans un saut d’humeur, les aurait poussés dans le vide ?
Aucun dans mon vaste entourage, ni dans l’entourage des amis d’amis.
De surcroît, les SM boivent. Mais si, mais si ! Je vous assure. Philippe de Beaumond serait l’exception qui confirme la règle, c’est Isabelle qui parle des dangers de l’abus d’alcool dans les pratiques SM, dans un forum d’information qui a l’âge de la Sarkozie et de ses lois liberticides.  Des souminateurs remplacent la Contrex par de la Vodka dans le verre d’un maître ou d’une maîtresse qui ne tape pas assez fort…. Des illuminées devenues dominatrices pour se venger des avanies d’une vie malheureuse ont la bouteille de J&B à la main et la cravache dans l’autre...
Personnellement, je n’ai jamais entendu un homme soumis se plaindre de mauvais traitements. Quant aux dominateurs qui trop fort frappent, le problème n’est pas nouveau : chez certains hommes incontrôlés et mal formés, le pouvoir appelle le pouvoir et, même à jeun, ils ne mesurent plus leur force. C’est le hic de la virilité exacerbée.Article et interviews dans RUE 89