Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 05/07

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 
Monsieur Vénus
 

 


À cinq ans, j’habillais en fille un grand poupon que je coiffais d’une perruque dénichée dans l’armoire de ma mère. Ce fut ensuite le tour de mon petit frère, que j’habillais en fille avant de le cajoler. Mes jeux pervers figurent dans l’album de famille. Sur une photo, mon frère porte la perruque du poupon et les boucles d’oreilles de ma mère.

Exacerber la féminité d’un homme dont l’anima prend le dessus sur l’animus, selon les termes de Jung pour définir la part de masculin et de féminin que chacun de nous possède, est un jeu qui amuse plus d’une femme.
L’écrivaine Rachilde exploite le thème à merveille dans Monsieur Vénus, où une excentrique coiffée à la garçonne (Raoule) abrite un toy-boy (Jacques) dans un atelier de Montparnasse… Ce roman à scandale date de 1880 ! Jacques - qu’elle appelle ma femme, porte des chemises de filles, dort dans la soie parfumée et s’éprend de son rôle de mignon asexué au point de ne plus vouloir être un homme…

La cinéaste lesbienne Maria Beatty a mis le thème en images dans son dernier film. Boy in the Bathtube est une lancinante mélopée où un jeune fleuriste se voit à travers le regard amoureux de sa geôlière capricieuse et sadique. Délire d’étoffes et de caresses, le film met en scène le désir jamais consommé. Miroir dis-moi… ces jeux de miroir entre une femme et un garçon travesti se suffisaient à eux-mêmes, dans l’ambiance surannée des années 30.
Aujourd’hui, les toy-boys doivent s’attendre à pire de la part d’une dominatrice. Les soumis hétéros qu’il me plaît de transformer en Magali, Françoise ou Gwendoline, sont mes poupées de chair à tout faire : bricolage, ménage, repassage, etc. Ils portent un plug dans l’anus ou dans la bouche pour servir le thé si j’en ai envie. Le mélange des genres masculin/féminin est un jeu de rôle soft qui se joue à huis-clos .
Ma soubrette préférée, Alexandra, porte une robe de mère Noëlle à manches longues et col montant dont les jupons à volants gonflent le satin rouge, et ce, même pour passer l’aspirateur.
« Alexandra, vous n’avez pas trop chaud sous votre perruque ? – Oh non, Madame ! »

 

 

Maria Beatty, cinéaste américaine raffinée lesbienne SM a joué également dans ses films LE GANT DE SATIN et SERVANTE ET MAÎTRESSE. Elle vit aujourd'hui à Paris, et tourne à San Francisco, New York, Los Angeles, etc.