Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 04/13

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
«Ne laisse personne choisir tes boucs émissaires....
 

 

«Ne laisse personne choisir tes boucs émissaires. C'est ton affaire. S'il coïncide avec le bouc émissaire d'un autre, ou de dizaines d'autres ou davantage, change de bouc. Il ne peut être le tienMichaux (Poteau d’angle)

En France s’est répandu un déplaisant besoin de moraliser, comme cet homme, venu en voiture du Calvados pour manifester contre le mariage pour tous, et qui klaxonnait, à un croisement, un autre automobiliste qui passait à l’orange. Sur Facebook, le Grand Logiciel Censeur qui tance un de ses « membres » pour une couverture de livre érotique mais tolère les gros plans d’organes génitaux, on se découvre des « amis » détracteurs, anti-fourrure, anti-corrida, anti-gay, anti-dominatrices… Faut-il vraiment aux Français un ou plusieurs bouc-émissaires ? (voir le numéro de la revue Ravages qui sort cette semaine, éditions Nova)
Ce moralisme ambiant vire souvent au paternalisme : on sait mieux que les autres ce qui est bien pour eux.
Et si fouetter me fait du bien ? Si j’aime porter des fourrures et manger de la viande et du boudin ? Qui est vraiment et personnellement gêné par mes goûts, mes fétichismes ou mes addictions dans sa vie de tous les jours ?
Peut-être les moralisateurs devraient-ils lire L’influence des croissants chauds sur la bonté humaine, de Ruwen Owen, un philosophe partisan de la morale minimale, ardent défenseur des libertés individuelles, ou bien jouir plus fort et plus souvent : la dopamine adoucit les rapports humains, souvenez-vous de Love and Peace.

Galerie du mois : Pilar Albarracin, galerie Vallois, 36 rue de Seine, Paris, 6eme à partir du 22 juin, ainsi qu’à Marseille : Au Bazar du genre, en juin 2013.