Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 02/13

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
Contrat entre tsarine et sa soumise Anaïs
 

 


Orson, le jeune dogue argentin de Tsarine, aussi blanc que les glaciers de Patagonie, préfère mille fois les restes des restaurants au contenu de sa gamelle et galope la nuit vers son objectif, après que sa Maîtresse l’ait détaché et lui ait ouvert les portes de la nuit.
Le parcours gastronomique d’Orson débute par une course à travers les flaques d’eau des caniveaux, un exercice qui lui ouvre l’appétit et rafraîchira les longues jambes nues d’Anaïs, gazelle cavalant flanc contre flanc avec la bête, adaptant sa course au galop de son impitoyable coach. (…) Dans les poubelles de la Brasserie Balzar gisent les déchets des assiettes les plus traditionnelles de la capitale, peaux de boudins, pieds de cochon grillés, bouts d’andouillettes et côtes de charolais à demi rongées. Entraîné à entraîner et animé par un sens de la convivialité acquis grâce au partage fréquent de ses rations avec le personnel de maison à la demande de Tsarine, Orson précipitera Anaïs au milieu de la nourriture répandue à même le bitume, cabriolant dans les spaghettis, les frites et le ketchup, collant sa fourrure rase contre le ventre de sa compagne de ripaille et l’aiguillant à coups de truffe vers les morceaux de choix. (…)
Traînant à ses côté Anaïs désormais aspergée de jus divers, Orson complètera son circuit invariable, guidant cette fois Anaïs vers un petit square ouvert toute la nuit, près du musée de Cluny. Grattant les parterres d’herbes médicinales détrempés par la pluie, il se roulera contre ses cuisses, passant et repassant tout à tour son échine et son poil dans la terre boueuse, maculant les cheveux ruisselants d’Anaïs avec un enthousiasme repu et gratifiant sa coéquipière de joyeux coups de langue.
Tsarine accueillera le retour de son Anaïs couverte d’immondices animée d’une joie sadique à la représentation de la variété du périple de l’attelage, lisible sur le corps et les vêtements déchirés de sa soumise comme dans un livre ouvert…. La suite dans la revue Edwarda numéro 8, en vente en librairie.


Galerie du mois : Guido Crepax. Vénus à la fourrure (Albin Michel). Episode : Le contrat.