Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 2/07

Archives

Contact

 

www.galafur.com


 

Maman… Bobo !

 

 

 

En janvier dans une île thaïlandaise, j’ai chargé le jeune soumis qui m’accompagnait de louer une moto. Eric est parti en short et en débardeur pour revenir trois heures plus tard… le corps couvert d’ecchymoses. Il avait parcouru 100 mètres sur une 125cc avant de déraper sur la route. Basile accumule les trophées de ses accidents - courses de voiture ou de ski - minerves, attelles et béquilles, stockées dans un placard à balai pour ses futures fractures, et Bernard se blesse trois fois dans la même soirée...
J’attire les hommes maladroits.

Mon inconscient a très vite intégré le rôle d’escorte pour éclopés. Je me suis mise à collectionner les tenues d’infirmière (en latex) consolatrice (virtuelle) des amis dont les accidents et la capacité d’autodestruction ressemblent à des appels au secours dans le genre « Maman… bobo ! » Ne croyez pas que je passe la pommade ! Plutôt une bonne rasade de whisky, ou de l’alcool à 90° sur les égratignures.
En 1900, lorsque la femme a pu gagner « honnêtement » sa vie (hors du triumvirat mère - actrice - putain) c’est le métier d’infirmière qu’on lui destinait.
Aujourd’hui, la plupart des filles rêvent d’être des stars. Qui donc va consoler les hommes masochistes et les mecs amochés ?

Tandis que j’attire les éclopés, Romain Slocombe joue au docteur (virtuel) avec des filles plâtrées. Il est le premier fétichiste avoué de la minerve et du bandage à les avoir photographiées. Sa passion s’apparente à celle qu’ont développée les Japonais depuis la nuit des temps, jeunes filles ligotées ou Belles endormies. Fragilisées et déifiées dans leur immobilisation forcée, les filles plâtrées de Slocombe ont une fierté qui rappelle celle de Newton, un quant-à-soi du handicap.

Pour ma part, j’aime les fétichistes de tout bord, y compris les victimes de Crash, le formidable roman de J.G Ballard (1974), entre accident de la route et éjaculation. Mariage de la violence et du désir, le fantasme automobile est dans l’action. Libido créée par l’excitation des accidents, ou mise à distance de la photographie, l’important reste le détournement érotique qu’on en fait, l’appropriation ludique.

Galerie Sollertis