Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 4/16

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
L'éternel jeunesse du soumis
 

Robert Darklight

 

... parce que ce « soumis » - quarante ans aujourd’hui - a conservé la même adresse mail, retrouvée par hasard sur une liste noire des soumis pervers, des spécialistes des sales tours, lapins et affronts. Il y figurait sous la mention « bon à rien ».
N’importe qui l’aurait sans doute reconnu mais je ne suis pas physionomiste. Ma mémoire est sélective. Il était donc facile, dix ans plus tard, de se glisser de nouveau dans ma vie par la petite porte, d’autant que son avatar avait un nouveau look et une autre coiffure. Cet homme tire sans doute une certaine fierté d’avoir réussi à revenir. Comme lui, ils sont nombreux à rappeler ou à m'écrire alors que la relation est terminée. Le jeune père de famille qui s’est juré de ne plus céder à ses pulsions, qui devait se consacrer entièrement à sa nouvelle vie de père de famille revient un an plus tard demander un kidnapping, sur le palier car il n'a plus sa soirée pour m'attendre sur le quai de nuit au volant de ma voiture. Le harceleur comme le mort-de-faim reviennent sous d’autres pseudonymes, laissant des messages sur Viber ou Whatsapp, un autre soumis éconduit apparait encagoulé sur Facebook pour une demande d’amitié. Tous s’imaginent qu’ils ont été mis « au piquet », comme dans un jeu d’enfants. Manipulateur invasif, indécrottable de l’intrusion, le soumis éconduit revient toujours comme si de rien n’était. Se souviendrait-on de lui s’il n’était pas ainsi ? L’obsessionnel en quête de la maîtresse parfaite qui pardonnera tout ? Ne veut-il pas simplement exister, exhiber sa pulsion et son mal-être ?

Petite Galerie du mois : Robert Darklight, photographe qui vit à Bruxelles, a choisi le rôle de voyeur, plutôt que celui de metteur en scène. Son regard complice et provocateur incite ses modèles au dépassement et àl'indécence.