Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 04/15

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
La drogue du violeur 
 

"Fashion victim"

Thierry Waltzing

 

L’autre soir j'étais à l’un de ces raouts où les filles ont 18 ans et portent toutes le même style de robe unie cintrée et coupée au dessus du genou (Maje, Sandro, Paule Ka) et des chaussures neuves à talon vernis noir (le frisson de se sentir pute ? ) Quand on sait comme le cuir vernis blesse les pieds quand les chaussures sont neuves, on imagine leur mère perçant les ampoules surgies sur les talons de leur fille à coup d’épingle le lendemain en disant : t’es-tu bien amusée au moins ma fille ? La prochaine occasion festive sera peut-être le rallye d’une amie l’année suivante. Moi, j’avais le souvenir du « rallye de la dernière chance » où des filles de milieu bourgeois avaient l’espoir de rencontrer leur futur mari mais ce soir, la faible proportion de garçons conduirait les filles à s’étriper pour en avoir un à soi, d’autant qu’ils sont si petits qu’on pourrait presque poser sur l'un ou sur l'autre un plateau d’amuse-bouches. Un parent m'apprend qu'en réalité, le rallye évite que leurs filles aillent en boîte de nuit : ici, elles peuvent danser entre jeunes de leur milieu alorsqu’en boîte, outre le mélange des classes sociales, dès qu’une jeune fille se lève pour aller aux toilettes, le grand méchant loup glisse subrepticement la fameuse drogue dans son verre. C’est le fantasme de ces mères de famille qui ont loué à plusieurs un lieu prestigieux pour que leurs filles et leurs amies sautillent à côté de quelques rares nains de jardin (les autres garçons ont décliné l’invitation profitant du rallye de leur sœur pour se rendre en boîte et peut-être y violer des filles). Les parents boivent du champagne de l’autre côté d’un rideau sur lequel est agrafé un panneau SALLE DES PARENTS, et surveillent d'un oeil. Mais où sont les boums d'antan  ?

Galerie du mois : Thierry Waltzing a toujours été la victime des femmes dans ses photographies. Ses études aux Beaux-Arts de Strasbourg lui ont permis d'affiner un style personnel, unique dans l'art bdsm d'aujourd'hui.

p