Biographie

Livres

Films

Interviews

Billet d'humeur 04/13

Archives

Contact

 

http://galafur.free.fr/


 
Talons hauts ou nuisette électrique ?
 

 

En ce joli mois d’avril, le recteur d’une université du Tadjikistan a décrété qu'un nouveau dress-code s'appliquerait désormais aux étudiantes : elles devront porter des vêtements unicolores et des chaussures à talon. Hauteur des talons : jusqu'à 10 centimètres. Si elles ne se plient pas à ce nouveau règlement, elles se verront refuser l'entrée de l'université, rapporte Le Journal international.
En ce qui concerne les vêtements, l'idée serait d'instaurer une sorte d'uniforme «souple» qui permettrait de minimiser les signes extérieurs de richesse (sic). Et pour les talons ? N’existe-t-il pas une différence de style entre des escarpins Balenciaga et du made in China ? Quelle est la couleur de l’uniforme ? Bleu marine comme au couvent ?
Le Journal international rapporte les propos de Radzhabmo Kosimova, la présidente du Conseil des femmes de l'Université, a tenus à la radio Ozodi :
«Les mocassins gâchent l'apparence des filles. Nous pensons que les talons aident les femmes à se sentir plus féminines, plus sûres d'elles, et que cela rend leurs interlocuteurs plus à l'aise.»
C’est dire si la provocation sexuelle tombe à plat dans des pays aux mœurs aussi évoluées  que cette république de l’Asie centrale, grâce au communisme, sans doute.

A trois heures d’avion de Douchanbe, la mode est tout autre dans la démocratie indienne où la frustration sexuelle des hommes fait parler d’elle. En réponse aux agressions sexuelles, une nuisette électrique vient d’être mise au point à l’usage des étudiantes qui rentrent tard chez elles. L’ingénieure de la nuisette part du principe que les victimes d’agressions sexuelles ont été d’abord « agrippées à la poitrine ». Le prototype, doublé pour que la femme soit protégée des chocs, déclenche jusqu’à 80 décharges s’il subit une forte pression. (Libération, 17 avril). Une puce permet de localiser la tentative de viol en déclenchant une alarme qui alerte aussitôt la police. Quand on connaît l’Inde, on peut douter de la rapidité de leur intervention. La fille portera-t-elle la batterie dans son sac à main ?

L’exposition de Gérard Musy « Lustres et Lamés » à la galerie Esther Woerdehoff est prolongée jusqu’à fin avril. Allez-y en talons !

.